Ce n’est pas de la musique, c’est un concert.

concert

Boom boom. Les applaudissements. Boom boom. La lumière qui s’éteint. Boom boom. Les cris. Boom boom. Les silhouettes qui s’avancent sur la scène. Boom boom. La musique. Boom boom. L’ambiance qui explose. Boom boom. L’adrénaline. Boom boom. Le cœur qui bat. Boom boom. Boom boom…

Toutes les personnes qui sont allées à un concert une fois dans leur vie connaissent ce sentiment par cœur. Et quel sentiment ! Un concert, ce n’est pas simplement un artiste ou un groupe qui chante sur scène. Un concert, ce n’est pas simplement une performance en live. Un concert, c’est un partage, une émotion particulière, un sentiment d’appartenance, une dose de puissance qu’on vous injecte directement dans le corps. Pendant un concert, nos émotions et nos actions sont multipliées par cent. On n’aime plus un artiste, on le vénère. On ne chante plus, on crie à tue-tête. On n’applaudit plus, on claque nos mains le plus fort possible. Pendant un concert, rien ne nous arrête. On se sent plus fort que jamais, on a l’impression d’être le plus puissant du monde. Bref, pendant un concert, on ne sent bien.

De l’achat du billet sur le site de la FNAC, jusqu’au lendemain du show où on n’a qu’une envie c’est de remonter le temps, un concert ce sont de nombreuses étapes, plus excitantes les unes que les autres. Il y a d’abord l’annonce de la venue de l’artiste en question en France (ou en Suisse, ou en Belgique, ou en Ouzbékistan). On se balade tranquillement sur notre fil d’actualité Facebook quand soudain (un Roucool sauvage apparait) on voit que l’un de notre groupe préféré a publié ses dates officielles de tournée. On regarde (et on croise tous les membres de notre corps qui sont physiquement croisables) et là… notre pays apparait – et avec un peu de chance, notre ville. L’excitation commence déjà à se manifester, et c’est souvent là qu’on n’hésite pas une seconde et qu’on attend avec impatience la mise en vente des billets. Et le jour de cette mise en vente, on se jette dessus, tels des chiens qui n’ont pas mangé depuis une semaine, comme si notre vie en dépendait. Mais on l’a notre place ! Et c’est à partir de ce moment que la partie la moins plaisante arrive… l’attente. Ce sont des mois et des mois d’impatience, de souffrance. Des mois pendant lesquels on va écouter en boucle tous les titres de l’artiste et où on va se dire tous les jours : « Vivement ce concert, bordel. »

Les mois ont passé et il est là, le jour tant attendu. On ne dort pas, on bouge comme une puce toute la journée, on ne peut s’empêcher de sourire, d’être de bonne humeur, bref d’être heureux. Et c’est là que commence enfin le fameux périple. On arrive au lieu du concert disons, 3 heures avant l’ouverture des portes. Notre objectif numéro 1 : être au premier rang. Et tous les coups sont permis. Et on attend… encore… et encore… des heures… collés à d’autres personnes… parfois sous la pluie… bref, un vrai cauchemar. On a déjà mal aux pieds avant même d’avoir vu une seule seconde du concert. Mais on s’en contrefout, parce que ça y est, les portes s’ouvrent. Et c’est là que la bataille commence ! On fait tout pour être au plus près de la scène, on est même prêt à tuer pour ça ! (comment ça, j’exagère ?) On est enfin placé, et là encore on doit attendre… attendre… attendre. A chaque bruit d’instrument, à chaque estompage de lumière, on se dit que ça va commencer, on applaudit, on crie. Et à chaque fois c’est un faux espoir. Mais le moment est enfin arrivé. Les voilà, les artistes, ils sont enfin sur scène. Et pendant des heures, on va sauter, danser, crier, chanter, pleurer, se cogner à des gens, se faire marcher sur les pieds, transpirer (qui a dit que c’était glamour un concert ?). Pendant des heures, on va kiffer (comme disent les jeunes). Jusqu’à la fin, la dernière chanson, les dernières notes, les au revoir, les derniers applaudissements. Et s’en suit après une longue dépression appelée « post-concert » où on va vouloir y retourner, où on va se remémorer chaque moment, où on va sourire et pleurer à chaque fois qu’on entendra une chanson de l’artiste qu’on a vu en live. Mais une chose est sûre, on n’oubliera jamais ce qu’on vient de vivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s