Band of Brothers : « Once we get into combat, the only people you can trust is yourself and the fella next to you. »

bob

Créée par Steven Spielberg, Tom Hanks, avec Damian Lewis, Donnie Wahlberg, Ron Livingston.

Band of Brothers (Frères d’armes en France) se passe pendant la Seconde guerre mondiale sur le territoire français. Dans cette production signée Steven Spielberg et Tom Hanks, nous suivons l’avancée de la Easy Company, un groupe de soldats américains, de leur parachutage le 6 juin 1944 en Normandie jusqu’à la libération en 1945.

Après son épopée réaliste et bouleversante que fut Saving Private Ryan, Steven Spielberg revient en 2001, toujours sur le thème de la guerre, avec une série télévisée, Band of Brothers. Pour ce nouveau projet, il s’est encore armé de Tom Hanks, mais celui-ci n’est plus l’acteur principal, mais joue « seulement » le rôle de réalisateur, de scénariste et de producteur exécutif.

Le premier épisode de cette mini-série nous montre la Easy Company en pleine formation, ce qui nous permet de prendre contact avec les personnages pendant un peu plus d’une heure. Il faut attendre le deuxième épisode pour que la série s’accélère et que le vrai rythme de la guerre s’installe. Spielberg n’aurait pas pu mieux faire en mettant en contraste deux épisodes totalement différents à la suite. Alors que le premier était un bain de santé par sa tranquillité et ses scènes de dialogues et de préparation, le deuxième est une vraie bombe qui pose l’ambiance de la guerre en 10 secondes. Les tirs des Allemands, les mitraillettes qui fusent le ciel, le bruit incessant des avions, le stress du parachutage et l’atterrissage périlleux sur le territoire occupé par les Nazis… Tout est combiné pour scotcher le téléspectateur sur son siège avec les yeux grands ouverts et le cœur qui bat à cent à l’heure.

Quand on avance dans la série, on peut voir que les épisodes sont intelligemment représentatifs de la dure réalité de la guerre. Il ne s’agit pas de montrer des bains de sang et des scènes de combats interminables à chaque épisode mais bien d’explorer tous les versants de la guerre. Et c’est comme ça que Band of Brothers alterne les épisodes un peu plus violents et rythmés par des fusillades, et ceux se concentrant sur un personnage en particulier ou même sur un aspect presque inconnu du conflit, celui du périple des médecins et du traitement des blessés par exemple.

Mais ce qui rend Band of Brothers unique c’est son habilité à toucher le public, notamment grâce aux témoignages des anciens soldats au début de chaque épisode, mais aussi grâce à la complicité certaine de tous les membres de la Easy Company. Tout est fait en sorte que l’on s’attache fortement aux personnages ainsi qu’à leur destin, et qu’ils ne soient pas montrés comme de vulgaire objets de guerre servant seulement à tirer des balles. Band of Brothers vise sur le côté humain et ça fait chaud au cœur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s