Silver Linings Playbook : « The only way to beat my crazy was by doing something even crazier. »

Untitled-1

De David O. Russell, avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro.

Pat est un trentenaire tout à fait normal… sauf qu’il vient de passer huit mois dans un hôpital psychiatrique. Quand il en sort, il ne retrouve plus rien de sa vie d’avant, ni son travail, ni sa maison et ni sa femme, Nikki. Il est même obligé d’habiter chez ses parents. Mais malgré ça, Pat décide de se reprendre en main afin de reconquérir sa bien-aimée. Sur son chemin, il va croiser Tiffany, une jeune femme – légèrement nymphomane sur les bords – qui vient brutalement de perdre son mari. Ensemble, ils vont essayer de trouver la voie vers une nouvelle vie.

Est-ce possible de réaliser une comédie dramatique et romantique sans tomber dans le trop et dans le niais ? C’est ce que David O. Russell nous prouve de façon admirable avec son tout nouveau film qui, je le rappelle, est en course actuellement pour les Oscars dans plusieurs catégories.

On peut le dire, Silver Linings Playbook (Happiness Therapy en France) est une vraie réussite cinématographique, que ce soit au niveau du scénario et au niveau des acteurs. Étonnement, le film ne tombe en aucun cas dans les clichés types du genre (faites abstraction de la fameuse scène dans la rue filmée en travelling circulaire) et le scénario est truffé d’éléments intelligents et judicieusement développés. Et pourtant, en abordant le thème grave de la psychiatrie et le deuil, Silver Linings Playbook aurait pu basculer dans le dramatique en nous livrant des scènes larmoyantes à souhait. Cependant, les rares scènes qui peuvent émouvoir les plus sensibles d’entre nous (ne me pointez pas du doigt !) sont juste sincères et joliment réalisées afin de ne pas en faire trop.

Le gros plus du film c’est qu’il allie comédie et drame de façon tellement judicieuse et recherchée qu’on rigole de ce qu’on devrait habituellement pleurer (« How’d Tommy die? »). Et cet aspect est probablement dû aux deux personnages, Pat et Tiffany, et à leur relation très ambigüe, voire même malsaine du début du film. Le fait d’avoir des protagonistes aussi forts et déjantés à la fois ne fait pas basculer le film dans la niaiserie ou la love story trop facile. L’évolution de ce duo se fait en douceur et de façon cohérente, pour ne pas brusquer le spectateur et ne pas rendre la fin du film trop prévisible.

A côté de ça, David O. Russell nous offre des scènes à mourir de rire, nourries par des personnages hauts en couleur qui sont complètement l’âme du film. Silver Linings Playbook est sincère, joli, ne tombe pas le chichi et nous permet de vivre un moment de détente absolue pendant 2h02 qu’on ne voit pas passer. Et pour conclure, saluons la performance de Bradley Cooper, qui s’est enfin affirmé en tant qu’acteur avec un ‘A’ majuscule, et celle de Jennifer Lawrence qui n’arrête pas de nous surprendre dans des rôles plus différents les uns que les autres. Un conseil : surveillez ces deux de très près.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s