The Perks of Being a Wallflower : « We accept the love we think we deserve. »

theperks

De Stephen Chbosky, avec Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller.

En France, on dit Le Monde de Charlie. Charlie, justement, parlons-on. Il s’apprête à faire sa rentrée au lycée et à vivre sa première journée dans cette jungle où tous les écarts et les comportements bizarres sont tout de suite repérés et utilisés à mauvais escient. Charlie redoute ce moment, et il a raison. Surtout qu’il a passé son été à broyer du noir suite au suicide de son meilleur ami. Alors évidemment, il peine énormément à s’intégrer dans ce nouveau monde, il est vu comme le freak de sa classe avec des goûts et des visions étranges et bien sûr personne ne veut être ami avec lui. Sauf Patrick, et sa demi-sœur, la jolie Sam. Les deux Terminales vont prendre Charlie sous leurs ailes et vont lui montrer le bon chemin à prendre pour vivre sa jeunesse à fond.

En adaptant son propre roman, Stephen Chbosky rend hommage, dans un film réaliste et divertissant, à l’adolescence, période cruciale pour chaque jeune qui se respecte. Grâce à son trio d’acteurs qui incarnent leur personnage respectif avec brio, The Perks… s’avère être une jolie toile nostalgique qui mélange amitié, tendresse, humour délirant, moments de surprise et eau de rose adolescente pour un résultat très convaincant.

Mention spéciale à la belle (que dis-je, la sublime, la magnifique !) Emma Watson qui arrive parfaitement à se détacher de son rôle de magicienne intello qu’elle incarnait dans la saga Harry Potter et nous livre ici une performance qui confirme son statut de nouvelle actrice en vogue. Il me tarde de la voir dans d’autres rôles plus poussés encore. Un autre personnage fait parler de lui dans le film, je veux bien sûr parler du frère de Sam, interprété par Ezra Miller. Patrick est aussi déjanté que Charlie est stone dans la fameuse scène du brownie (« Are you baked ? » – « Like a cake! ») et c’est avec une grande aisance que le jeune acteur de 20 ans interprète cet adolescent bien dans sa peau et qui sait profiter de la vie. Logan Lerman, quant à lui, complète cet orchestre de choc avec un personnage sensible, timide, mais avant tout blessé et traumatisé par ses nombreux problèmes. Et c’est avec délicatesse et une très belle justesse que celui qui s’est fait connaitre du grand public grâce à Percy Jackson, interprète le rôle principal de cette adaptation.

Le seul hic du film, c’est son public visé. Qui dit adolescents à l’écran, dit adolescents dans la salle de cinéma, et forcément, moi, étudiante en deuxième année de fac, j’ai pris un vrai coup de vieux. Mais ceci est un détail car mis-à-part ce complexe tout à fait personnel, The Perks… nous présente l’adolescence de façon maitrisée mais surtout, et c’est là que le film change le genre du simple teen movie, de façon beaucoup plus dramatique voir même bouleversante. Un film à voir pour tous ceux qui aiment rigoler et avoir les yeux qui brillent pendant 1h42.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s